Quelques systèmes grossissants pour le terrain :
Loupes ou microscopes bricolés?

Souvent, l'amateur de nature a besoin de découvrir des détails grossis de 10 à 30x fois sur le terrain. Qu’utiliser ?
Voici la synthèse d'une discussion sur le forum "le naturaliste"


Loupes simples de naturaliste

Il s’agit d’un accessoire répandu parmi les botanistes ou entomologistes car les modèles de base sont peu couteux, lègers et peu fragiles.
J’en utilise 2 que je porte au cou actuellement en sortie nature:
- une loupe lowepro affichée 10x.(cadeau d'un abonnement photo) avec led et à champ d'un vingtaine de mm en position près de l'oeil. Elle me sert à ne pas enlever mes lunettes de myope pour voir des détails.
– une loupe forte (marquée 30x mais doit être une 15x réels) achetée en 2009 pour 15 euros, également à led et à champ de 5 mm utilisables sans trop de déformations.
Pour comparaison, ma vieille 8x, achetée étudiant, a un champ d'une douzaine de mm.


Il y a souvent des distorsions des images avec les loupes de base mais les modèles à plusieurs lentilles bien corrigés et à grand champ sont très couteux.
Il existe aussi des systèmes à plusieurs grossissements par combinaisons de lentilles.


Une 10x moyenne est un bon compromis qualité prix qui est quasi indispensable au naturaliste.
Mais comment aller au dela au niveau du grossissement?


Oculaire utilisé comme loupe

Il est possible d’utilisé un oculaire en position inversée comme loupe.
C’est de meilleure qualité mais c’est dommage de risquer de perdre un accessoire qui est aussi couteux qu’une excellente loupe.

Systèmes composés commerciaux

L’émoscop SME utilisé par Pierre Houssin me semble un bon appareil polyvalent dont le prix d’une cinquantaine de dollars reste raisonnable, mais je souhaiterais le tester pour me faire une idée.

Les monoculaires de Zeiss peuvent servir en mise au point rapprochée comme le suggère Alain de Maraussan. (voir cette page)

Bricolages de microscopes composés :

Il est possible de bricoler un petit microscope composé avec soit un objectif+ un oculaire, soit un objectif+ une lunette de centrage.
Il s’agit de bonnes solutions pour les personnes pratiquant la microscopie qui possèdent ces objets.
Il est facile de réaliser quelque chose de plus fini que mes bricolages tests avec du papier et du scotch.

L’encombrement est faible, à peine supérieur à celui d’une loupe.
le grossissement est variable avec le mouvement de la lunette de centrage ou avec la longueur de tube…
L’image est inversée ; cela rend difficile la recherche d’un objet précis.
Le champ est plus faible que celui du montage suivant adaptateur telescope –objectif photo. Il doit être comparable à celui des fortes loupes
Dans les 2 cas, l’inversion des mouvements me fait éliminer le système car il est difficile de trouver et suivre un sujet ainsi.

Un montage plus sophistiqué sur ce principe
a été réalisé en aluminium tourné par les élèves de M.Verolet à Aubenas. Une petite série d'une quinzaine d'appareils à été fabriquée.


(voir le forum Mikroscopia).


Il peut être utilisé en éclairage par dessus à led.

Mais avec son socle, il n'est pas prévu pour un usage à main levée.

Il est plus destiné à un usage en éclairage transmis avec des préparations et des objectifs plus forts.

 

Appareil et photo: André Advocat


Il existe aussi des microscopes de terrain prévus uniquement pour l'usage en lumière transmise de préparations entre lame/lamelle (voir ma page de 2005).
Mais ce n'est plus le mème usage. Pour y revenir, il faut citer le petit stéréomicroscope 20x Nikon ("field microscope" et ses clones).

Usage du scope converter Nikon

En sortant quelques accessoires de mes tiroirs, j’ai produit un appareil monoculaire plus lourd et encombrant qu’une loupe forte mais d’excellente qualité optique. J’utilise :
- Un objectif grand angle (24mm nikkor en l’occurrence)
- Equipé d’une bague d’inversion (BR2) et d’une bague de protection filetée 52mm pour un bouchon (BR3)
- Et d’un adaptateur monoculaire Nikon (Lens scope converter)

Le champ est de 2mm de diamètre. Je peux augmenter le grossissement en interposant une bague allonge entre l’adaptateur et l’objectif mais la mise au point à main levée en devient plus difficile. Il est de plus en plus fatiguant d’éviter de bouger avec le grossissement.
(il serait possible de réaliser un support des objets à la bonne distance en se fixant sur le filetage de filtre en 52mm)

Ce n’est pas plus encombrant qu’un objectif mais (avec ces éléments) c’est lourd comme à l’époque du verre/ métal.
L’objectif étant de qualité photo, il n’y a aucune des distorsions présentes habituellement dans les loupes.
Il est possible de diaphragmer un peu pour avoir une meilleur profondeur de champ (pas trop, se limiter à passer de la pleine ouverture 2.8 à 5.6 ou 8.)
De plus, la distance de travail de cet ensemble est, à grossissement comparable, bien supérieure à celle des microscopes de terrain à base d’objectifs de microscopes.


Cet adaptateur est prévu pour donner une image grossie de 1/10e de la focale de l’objectif.
Un 400mm donne par exemple l’équivalent d’une lunette 40x.
Au passage, une association utile aussi est celle avec un objectif macro de 105 ou 200mm.
On obtient ainsi un monoculaire 10 ou 20x à mise au point très rapprochée. Ce peut être pratique pour identifier des insectes à distance.

Ces 2 bricolages me semblent valables pour celui qui possède ce converter.

Ou réalisation d'une copie bricolée :

Cet adaptateur n’étant plus commercialisé, (voir http://www.kenrockwell.com/nikon/lsc.htm)
certains ont réalisé des systèmes comparables à partir d’un objectif et d’un oculaire.
Voir : http://photo.net/nikon-camera-forum/00HfRR
Il faut un oculaire redresseur pour ne pas souffrir du même problème qu’avec un microscope composé de fortune.
La distance de travail est supérieure à celle des montages avec objectif de microscope.

Solution de fortune: Objectif+ jumelles

A noter une solution proposée par Christian Aubert utilisant des outils emmenés sur le terrain : Une paire de jumelles et un objectif photo :
Il faut placer un coté de la jumelle sur le filtre devant l’objectif.
C’est un bon système de fortune donnant un fort grossissement redressé. (cela dépend de la focale utilisée; c'est plus fort à objectif égal que le système avec scope converter. Un 24 donne un grossissement très fort et difficilement utilisable. Un 50 justifie le bricolage par le fort grossissement. Un 105 (focale macro de base du naturaliste) permet de remplacer sa loupe 10x oubliée..
L’inconvénient est juste qu'il faut 2 mains pour maintenir les 2 accessoires dans la bonne position ! Et il nous manque une 3e pour tenir le sujet!
Ce n'est pas très pratique et il y a aussi un risque pour la lentille arrière de l'objectif.

Daniel Nardin juillet 2009

Un système binoculaire stéréo compact:

En février 2010, j'ai trouvé en occasion un accessoire recherché depuis longtemps: il s'agit d'un système de conversion des jumelles Zeiss en stéréomicroscope.
Le prix est resté élevé: fin des enchères à 40 euros plus 20 euros de frais bancaires et d'envoi depuis l'Allemagne.

Mais cela en vaut la peine: l'accessoire convertit les jumelles 10x25 que j'emporte déja régulièrement sur le terrain, en loupe de grossissement officiel Zeiss 20x.
La distance de travail de 11 cm est intéressante.
Le champ est de 12mm.
Il est plus large pour le mème grossissement que celui obtenu avec le petit clone de bino Nikon que j'utilisais parfois.  Il reste en faveur de ce dernier une plus grande profondeur de champ qui permet une meilleure restitution du relief.

Mais pour qui a déja les jumelles, ce système est moins cher et plus compact

Ce sera dorénavant mon dispositif-loupe forte de terrain.
Il est utilisable sans la partie statif. Il faut toutefois réussir à se caler à la distance d'observation.
Il ne reste qu'à bricoler un éclairage Led à pile pour les sous bois...
Zeiss et clone nikon

avec système bino Zeiss

page microscopie DN
  Page précédante retour