Mes réactions face au Nikon D100
(plusieurs rédactions de 2003 à 2005 en bas de page)

Suite avec le D200
décembre 2006

 

Les premiers résultats en 2003 sont satisfaisants en terme de qualité et de facilité d' usage.
Mais un peu frustrant concernant la compatibilité avec mon stock de matériel.

Surtout, une panne à moins d'un an d'usage m'a privé de l'appareil pendant plus d'un mois !
Mais il est revenu à temps pour l'été et fonctionne à nouveau bien.

Je reste satisfait d'un point de vue technique fin 2004 tout en déplorant les nouvelles règles économiques qui conduisent des produits à être vendus à leur lancement le double de leur prix 2 ans après.

Je m'équipe en nouveaux objectifs grand angles adaptés au numérique en 2005.

Je craque pour un D200 en décembre 2006

 

La prise en main est facile pour un habitué des nikon comme moi; je n' ai eu qu 'à insérer une carte mémoire et monter un objectif AF pour photographier.
(presque, il a fallu aussi passer en mode A, et réagir à l' indication fee qui signale qu'il faut fermer la bague des diaphragmes et utiliser la molette avant. Bon, je vais changer de réflexe mais le nouveau système surcharge de taches ma main droite alors que la gauche ne demandait pas mieux que de tourner la bague des diaphs! Il lui reste la mise au point quand l'autofocus est débrayé.)
Il faut toutefois du temps pour lire le livret et découvrir les nombreux réglages personnalisés dont je n' utilise qu'une petite partie.

Je suis frustré par la compatibilité partielle avec les objectifs non AF et les flash non DX. Je peux les utiliser mais uniquement en mode manuel et o paradoxe, ce boîtier des années 2000 a alors la facilité d'usage d'un appareil des année 1950 ! J' exagère car un contrôle rapide sur écran permet d'assurer le coup pour moi qui travaille surtout avec des sujets statiques. Tout cela pour dire que j'aurais préféré une base plus pro que celle du F80, celle du F100 par exemple

Toutefois la base F80 donne accès à un petit flash intégré qui permet d'assurer de bonnes photo documentaires.

Il faut bien avouer que contrairement à ce que dit leur publicité, les industriels ne réalisent que rarement nos rêves; ils nous vendent leur réalité. Nous sommes bien contents quand au moins ils ont compris partiellement nos souhaits. nous acceptons alors d'y consacrer un prix élevé. (En l'occurence2400 euros alors que je voulais attendre de passer sous la barre des 10 000Frs pour un reflex numérique! Je suis plutôt vers 15000Frs mais bien en dessous des 3000 euros du lancement)

Voyons plus en détail mes essais avec leurs espoirs et déceptions:
J'avais espèré un fonctionnement du flash intégré associé avec mes flashes par l'intermédiaire de la cellule de déclenchement SU4. Pas de chance! retour à nouveau au mode manuel! Décidément, je vais encore être tenté de débourser pour acheter un flash DX!

Heureusement le mode auto ("à computer") des flashes classiques fonctionne bien en photo générale. Reste la macro et le problème des flasheséloignés du boîtier.

Je monte un soufflet novoflex (avec une bague allonge intermédiaire pour cause de poignée proéminente sur le boîtier), mon vieux105 AI micro, le flash sb 24 sur la griffe. Quelques déclenchements et le résultat du test est que le diaph 32 et la demi puissance du flasch diffusé donnent des résultats corrects pour toute l'amplitude du soufflet!

Je place l'appareil sur mon microscope. Quelques essais pour étalonner le curseur d'éclairage: Position M, 60e; avec l'objectif 10x curseur en position 7, avec le 40x position 12. Ca marche!
Finalement , le mode manuel n'est pas si contraignant puisque les essais sont rapides et ne coûtent rien.

DN,micro et D100

Voici l' appareil raccordé à mon microscope.

Cela permet de réaliser des séries de clichés à la mise au point étagée . On peut ensuite fusionner ces clichés avec un logiciel spécialisé pour augmenter la profondeur de champ en ne gardant que les zones nettes de chaque cliché. Ce type d'image ne peut guère passer que par le support numérique.

Malgré la faible gène occasionnée, je souhaiterais récupérer l'automatisme d'exposition avec le microscope ou avec des objectifs spécialisés de monture Nikon Ai . Un bricoleur pourrait il réaliser pour le microscope une bague intégrant une puce transmettant les informations au boîtier pour cela? Ne pourrait on pas modifier un ancien objectif pour y intégrer une telle puce (cela revient à transformer un objectif Ai en AiP)? Voila un rêveà transmettre aux ingénieurs de chez Nikon... ou à un artisan qualifié!

Quelle 1ere impression du logiciel nikonview 5? L'affichage des infos de prise de vue est utile. La possibilité de jouer sur le contraste, les couleurs... sans passer par photoshop est intéressante. Ce logiciel permet surtout de gérer le format .nef, garant d'une information non tronquée qui exploite complètement les possibilités du capteur.

Ce système donnera son meilleur rendement en association avec un logiciel de base de donnée ou les informations techniques de chaque photo pourront être couplées à des informations de contenu (sujet, lieu...) . Ecrivez moi si vous avez connaissance d'un tel logiciel à un prix non prohibitif.

Pour plus d'informations sur l'usage du D100, vous pouvez poser des questions sur le forum de rominfo consacré aux reflexs numériques Nikon.
Vous pouvez aussi m'écrire grâce au lien associé à ma signature.

Daniel Nardin
15 mai 2003

Complément d'investissement dans le nouveau matériel!

Le 12 aout 2003, j'ai achèté un flash SB80DX, vu à prix réduit d'un tiers dans une boutique à Lausanne.
c'est une usine à gaz. Il faut bien vérifier que l'on utilise le bon mode! Mais j'ai la un flash TTL puissant et la possibilité d'un flash secondaire piloté sans fil par le flash du boîtier. A suivre!

 

Un souhait réalisé: une bague à puce bricolée pour retrouver la compatibilité avec le vieux matériel

Le 29 août 2003, après une enchère ebay, j'ai reçu de Mark Malkin une bague allonge M2 Nikon modifiée. Une puce soi disant récupérée sur une épave d'objectif (20mm 2,8D) y a été ajoutée pour permettre l'automatisme de la mesure de l'exposition (comme avec un objectif AiP). Mark dit l'avoir testée avec un D1x; sur mon D100, j'ai du la compléter par un petit ergot (provisoirement en carton) pour tromper le capteur de diaphragme fermé à fond et faire quelques essais . Mais cette bidouille fonctionne ainsi également sur le D100 (avec quelques précautions toutefois).

j'ai récupéré ainsi l'automatisme en lumière naturelle :
* sur mon microscope,
* en macro avec un objectif fileté monté sur un soufflet par des bagues d'adaptation (luminar par ex.)
(dans ces 2 cas, il n'y a pas de diaphragme actionné par le boitier ; il faut donc y afficher le maximum de la puce, f2,8)
* et avec mon objectif préféré: un vieux 105 micronikkor monté sur un soufflet novoflex doté de tringles transmettant mécaniquement le diaphragme pour viser à pleine ouverture (dans ce dernier cas, je dois afficher sur le boîtier le diaph souhaité et ne pas oublier de fermer à fond le diaphragme de l'objectif).
(Je pourrais de la mème façon utiliser tout objectif Ai mais uniquement en macro du fait du tirage lié à la bague)

L'automatisme TTL fonctionne aussi au flash avec le flasch DX mais il faut choisir sur celui-ci le mode TTL standart!
(le mode TTL dosage automatique flash/ambiance conduit à des erreurs d'expositions du fait je pense des informations de distance erronées fournies par la bague!)

Mark s'est-il inspiré de l'article "Chips to the Rescue" présenté par Bjorn Rorslett à propos de l'adaptation de puces Nikon CPU à des tubes d'extension; Voyez http://www.naturfotograf.com/index2.html . (Le site est remarquable par ailleurs)

En fait d'autres nikonistes avaient eu cette idée car, en réponse à l'article ci dessus, Yanick Michou m'a communiqué par couriel le 27 aout 2 liens sur le sujet:
http://home.carolina.rr.com/headshots/Nikonhome.htm
http://www.photo.net/bboard/q-and-a-fetch-msg.tcl?msg_id=000UIq

Il s'agit d'un site d'un artisan US nommé Rolland E. qui réalise ce genre d'adaptation et de messages d'un groupe de news sur son travail.
J'y ai découvert que Mark y avait fait transformer en 1999 selon ce principe 2 gros télés Ais ! Il ne m'a pas dit d'ou venait sa bague M2 en fait!
Quelques messages plus loin, le nom de Bjorn Rorslett apparait: il a fait modifier 4 anciens nikkors en mars 2000 par le mème Rolland E. !
Vous savez maintenant ou vous adresser si vous avez une collection d'Ais prestigieux à adapter en AiP.
Il vous en coutera de l'ordre de 80$ par adaptation! (plus le port!)
Rolland dit être un réparateur Nikon "autorisé". Une puce lui serait facturée 40$ par Nikon.

 

Les prévisions de réflex numérique Nikon en septembre 2003

Les revues photo annoncent la sortie du D2H. Ce boitier me comblerait par sa compatibilité plus forte avec les optiques Ai et ses nouvelles possibilités mais son prix de 4200€ annoncé est trop élevé pour moi. A l'autre bout, un D70 est prédit mais on ne sait quand, ni comment il sera bridé. Finalement je reste satisfait de mon choix du D100 actuellement. Son prix vient de passer sous la barre des 2000 €. 6 mois se sont écoulés depuis mon achat au terme desquels, j'aurais pu économiser 400 €.
J'apprend à accepter de payer pour la nouveauté technologique!

 

La fragilité du numérique!

Le D70 est sorti en février 2004. Malgré quelques attraits je lui préfère l'ergonomie du D100... Etant équipé, j'ai l'habitude d'attendre une évolutions importante pour changer de matériel.
Malheureusement, mon D100 est tombé en panne ce mois la: brusquement, en voyage, la carte cf n'a plus été reconnue. Le circuit ne répondait pas comme s'il n'y avait pas de carte cf. La panne a disparu. J'ai pu refaire des photos le mois suivant; puis elle est revenue en avril au cours d'un autre voyage (j'ai eu le début d'une série de photos , le reste ne s'est pas enregistré alors que j'avais continué à déclencher). J'ai envoyé à mon retour mon appareil au sav Nikon France juste avant la fin de la garantie d'un an. (Ce retour au sav sous garantie ne m'était jamais arrivé avec un boitier argentique) J'ai reçu une lettre de prise en charge envoyée le 3 mai.

Je me suis impatienté depuis la fin mai; Je devais partir en voyage et je voulais que l'appareil soit réparé pour ce départ.
Malheureusement, le SAV Nikon France est virtuellement injoignable au téléphone: il n'y a rien à faire du lundi au vendredi quelle que soit l'heure , il n'y a jamais de technicien de disponible. Personne ne répond non plus aux fax (2 envois) et le service de couriel mis en place récemment ne répond pas non plus (un essai précédant cet article).
Il ne m'est resté qu' à envoyer une lettre classique. Pour le maximum de précautions , j'ai choisi en recommandé avec AR. J'ai eu des nouvelles par couriel peu après et mon appareil est arrivé à temps pour mon départ! J'espère qu'il fonctionnera longtemps encore! Finalement, le sav Nikon France a été correct et a fait son travail. Mais son indisponibilité téléphonique est très agaçante.

L'évolution des prix en septembre 2004

Pas encore de nouveautés Nikon, mais les annonces dans des revues photo: D100 1469 euros, D70 1039 euros sont pour moi en soi une nouveauté: le reflex numérique est passé sous la barre attendue de 10000Frs / 1500euros.

Nouvelle définition annoncée chez Nikon pour 2005

Avec le modèle D2x, les 12Mp sont dépassés chez Nikon mais à quel prix de vente?

 

Mes souhaits en période de Noël (pour 2005 maintenant)

 

J'aimerais que Nikon fasse un boitier numérique à l'image du F801: simple, robuste mais avec les perfectionnements utiles à l'amateur éclairé. Je rève d'un D80? identique au D100 (ses modes me suffisent amplement: je fais 80%d'images en mode A, le reste en mode M), mais avec une prise de télécommande évitant l'achat d'une poignée pour un déclenchement électrique.
quels besoins au dela pour un très bon numérique? 15millions de pixels pas trop chers; une compatibilité totale avec les anciennes optiques (ce ne doit pas couter cher sous forme logicielle.Les motifs économiques de ce genre de bridage sont mème contre productifs à mon avis car le client à une idée de ce qu'est un bon rapport qualité prix.), un testeur de profondeur de champ mécanique que l'on peut utiliser en changeant de diaph...

Mars 2005,

à signaler une page de Patrick Rouillard à propos de la modification des objectifs Ai en P .
L 'information y est bien détaillée. Elle reprend l'annonce du travail de Rolland Elliott.

Aout 2005,

Cette année, j'ai emporté mon réflex numérique en voyage. Il faut dire que je ne m'éloignais que rarement de la civillisation et de l'électricité! De plus, le développement à la FNAC des films dias de 2004 à Madagascar s'est mal passé pour un film.
Pour disposer de grand angle en numérique , j'ai acheté en occasion ebay d'abord un zoom Sigma 18-125 puis un zoom 12-24 Sigma également.
Pour les plus belles images, j'ai malgré tout pris un F80 avec des films dias. Il a l'avantage d'être compatible avec les optiques récentes sans bague de diaph Nikon, dont ce 12-24mm Sigma qui remplit mème le format 24x36 à 12mm!

J'ai aussi acheté d'occasion un 2e D100 avec l'intention de faire des prises de vue stéréo numériques!

Décembre 2005

Le D200 vient de sortir. Bravo Nikon, C'est un boitier qui devrait me convenir. Il semble bourré de qualité tout en ayant une rusticité de bon aloi. J'apprécie en particulier la compatibilité avec les optiques anciennes qui comble un de mes souhaits de Noël dernier! J'attendrai un peu avant de délaisser mes D100 mais je viendrai à ces 10 millions de pixels qui vont rendre inutile la diapositive mème pour un tirage 30x45. En ce qui concerne la projection, le public a tranché: une présentation avec une définition de 800x600 est plus appréciée qu'un diaporama qui fait ringard malgré des fondus plus beaux que des effets de transition en tout genre. Heureusement, il reste quelques esthètes dinosaures...

Mon achat de Noêl 2006 : un D200 , Premiers essais


Je me suis laissé tenter par cet appareil quand je l’ai vu vu à la FNAC à un peu moins de 1500 euros en profitant d'une offre Nikon de fin d'année. Je l’ai acheté fin 2006. Je le lorgnais depuis sa sortie surtout pour la possibilité d’utiliser des optiques manuelles en automatique. Son prix a moins bougé que celui du D100 mais j’ai gagné malgré tout de l’ordre de 500 euros en attendant un an de l’acheter. (et j’ai pu le prendre au magasin le jour de l’achat)
L’évolution des tarifs du D100 au D200 est symptomatique. Je reste abasourdi de voir que je paie moins cher pour mieux en attendant quelques années la sortie du modèle suivant.


1eres impressions favorables:
Il est plus lourd que le D100. Les écrans sont plus larges.
Le viseur est plus lumineux et plus large.

Le choix de la zone AF est intéressant, il peut permettre plus facilement des cadrages décentrés.

Le relevage du miroir me servira en microscopie.

J'ai découvert le mode sensibilité auto qui s'appuie sur une vraie révolution du numérique: le photographe ne choisit plus seulement parmi le couple vitesse/diaphragme mais a à sa disposition le trio vitesse/sensibilité/diaphragme. Reste à baptiser les modes qui en dérivent et à les faire figurer parmi les autres au lieu d'avoir à passer par un accès menu complexe.

L’intervalomètre incorporé est un plus utile. Je testerai sur des fleurs au printemps !

J’apprécie aussi la présence d’une prise de télécommande sans poignée supplémentaire ainsi que celle d’une prise synchro flash classique sans accessoires à acheter. Pour une fois, les accessoires sont inclus !

La continuité du format de l'oeilleton de visée va me permettre aussi de réutiliser mon vieux viseur d'angle DR3 avec l'adaptateur ad hoc pour D100.

C'est bien de pouvoir travailler en automatique avec n'importe quelle optique à baionette F. Cela inclut pour moi un antique medical nikkor pour du 3/1 sur le terrain et des optiques exotiques à bascule et décentrement kiev! C'est pratique également au microscope. C'est d'ailleurs le principal argument d'achat pour moi avec les 10Mp. et le prix atteignant la barre des 1500euros.


Déceptions :
Je reproche par contre à Nikon une grosse faute de gout et d’autres plus compréhensibles mais aussi liées à la non standardisation et au manque de suivi de la gamme dans une marque qui a su conserver pourtant sa baionnette d’objectifs plus de 40 ans et qui nous fait changer maintenant d’accessoires avec chaque appareil:

Le choix d’une batterie non compatible avec celles du D100 est mesquin. (Comme l’était la non intégration de l’automatisme avec les objectifs AI pour le D100.)
idem pour l’alimentation secteur ; on passe du EH5 au EH6 qu’il faut à nouveau acheter. Paradoxe le chargeur MH18A fourni avec le D200 est compatible dans les 2 sens avec le MH18 fourni avec le D100 !
(Au passage, j'exprime un souhait vif de standardisation au niveau mondial des dispositifs d'alimentation de nos appareils. Cela éviterait d'avoir à transporter en voyage des séries de cables, chargeurs et batteries. Ce serait plus écologique en évitant des fabrications inutiles! Malheureusement ce n'est pas d'actualité avec notre illogisme libéral économique.)

Le changement encore une fois de gamme de flash nous entraine à consommer. Je regrette de ne pas pouvoir utiliser mon 80DX en TTL ! Je me remets à l’usage manuel (ou à simple computer) de flashs plus anciens de chez Nikon !
Mais j'achèterai prochainement un ensemble de flash macro R1C1 car le système TTL sans fil est un vrai progrès.

Il semble que dans le domaine logiciel, le manque de compatibilité est encore plus flagrant.
Je ne peux utiliser le logiciel Nikon capture 3 acheté pour le D100 ; il faut Nikon capture 4 ou Nikon capture NX!
(C'est aussi un exemple classique de connerie des fabriquants informatiques qui utilisent la mème extension avec des propriétés différentes au fil du temps. Au bout d'un moment, des utilisateurs ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent ouvrir les fichiers de leurs correspondants équipés de façon plus moderne)
J’ai essayé la dernière version d'Irfanview (3.98) ; un comble, il est lent mais ouvre les fichiers nef du D200.
Vive les bons logiciels libres! Malheureusement, ce n'est qu'un visionneur d'images très pratique mais aux possibilités de retouches limitées (renommer en série, recadrer, changer la définition...)
J’ai hésité à installer Nikon picture project quand j’ai vu qu’il fallait désinstaller mon nikon view 5 d’abord !
Je l'ai fait finalement voyant que Nikon view 5 n'ouvrait pas les fichiers D200. Comme souvent en informatique, le transfert n'a d'abord pas fonctionné et nécessité l'appel à l'aide téléphonique de nikon pour apprendre qu'il fallait se placer en "ptp" dans le menu usb de l'appareil alors que cela n'est pas mentionné dans la documentation! (au contraire d'après la page 121 du manuel cela aurait du marcher sur la position d'origine "stockage de masse"!)
Enfin, maintenant, je peux faire les tranferts d'images nef et heureusement l'installation de nikon capture pour le D100 est restée fonctionnelle. Mais le transfert vers le .jpg est aussi lent que celui d'Irfanview et je suis déçu par l'esprit cataloguage de ce logiciel , donc l'obligation de travailler avec les images importées dans le logiciel et l'impossibilité de travailler simplement sur des images dans l'arborescence du disque dur. Je suis à la recherche d’un logiciel libre permettant de travailler le raw (nef) du D200 comme Nikon capture.
J’ai téléchargé et essayé d’installer raw shooter essentials ; il plante à chaque démarrage ! (raw shooter a rencontré un problème…)

Conclusion provisoire :
Le D200 est un bel outil que j’utiliserai pour mes meilleurs clichés mais je continuerai à faire des images au D100 plus lèger !
et dont les 6 millions de pixels suffisent souvent. Je ferai durer ainsi l’usage de ses accessoires.
Je vais faire des tests de tirages en très grand format depuis le jpg natif du boitier pour voir dans quelle mesure, il me faut vraiment investir dans un logiciel pour le format nef.

Je vais aussi me remettre à des essais avec des optiques comme le Kiev 35mm à décentrement.

Enfin, sur microscope, le fait ne ne pas avoir à mettre d'allonge du tirage pour récupèrer les automatismes va me permettre des cadrages plus larges.
 

Pour en savoir plus, visitez une des pages suivantes écrites par des journalistes ou des internautes plus rapide à l'achat que moi:
la page D200 de Ramal est très complète
la page D200 de Gilbert Volker dont l'avis me semble tout à fait juste.
les pages D200 de Bernard Rome (Rominfo) sont très étoffées mais qui ont parfois du mal à s'afficher!
le test de la revue chasseur d'images avec des photos des composants
la page de test D200 de DPview en anglais est très complète
le test en anglais de Bjorn Rorslett est très professionnel,exigeant en qualité (comme l'ensemble de son site remarquable!)
enfin la cote argus et d'autres liens sur le D200

Mars 2007: je me met à utiliser les raw avec un logiciel gratuit: UF Raw

Ce logiciel, que l'on peut utiliser seul ou avec the Gimp est assez rapide et permet d'exporter en tiff 16bits pour conserver la dynamique.
On peut aussi faire une retouche simple immédiate et exporter en jpg.

J'ai eu une fausse joie en recevant un message nikon enews annonçant un codec de lecture des raw nikon en téléchargement gratuit. J'ai téléchargé et installé sous XP sans effet... avant dedécouvrir que c'était pour vista!!

Juillet 2008: sortie du D700

Je n'avais pas réagi à la sortie du D300 qui m'apportait peu avec des nouveautés comme le mode live view ou le D-lighting qui ne m'étaient pas indispensables. D'autant que j'ai souscrit lors de l'achat de mon D200 à la FNAC une extension de garantie à 5 ans qui court jusque fin 2011!
Par contre, lorsque Nikon sort le boitier D700 qui offre en plus le plein format, je suis intéressé car il y a la un plus certain dans l'utilisation de mes anciennes optiques en grand angle et un gain qualitatif net en basse lumière avec le capteur 24x 36.
Mais le prix est élevé: 2800€ officiellement, (toutefois, 2500€ dans certaines boutiques parisiennes dès aout 2008). Je vais donc attendre quelque peu avant de craquer! Je trouve aussi que j'investis de plus en plus dans mon matériel photo; mes boitiers argentiques (FE2, F801) ne coutaient que quelques milliers de francs. Mes 2 premiers boitiers reflex numériques (D100 & D200) m'ont couté chacun 3 à 4 fois plus, dans les 10 000francs/1500 euros. Je ne suis pas encore prèt à mettre mille euros de plus! ( En supposant que j'économise dans les 300 euros de films par an avec l'avènement du numérique, il faut malgré tout plus de 3 ans pour amortir cette différence!)

Daniel Nardin
dernière retouche: 18 aout 2008

Page précédante retour